MJT Logo

Cache cache avec le Mont Fuji

Le Mont Fuji, ou Fujisan (富士山) ne passe pas inaperçu : un volcan de 3 776 mètres d’altitude s’étalant sur deux préfectures japonaises (Shizuoka et Yamanashi) peut difficilement se manquer. Il est ainsi visible depuis Tôkyô à près de 100 kilomètres de distance… avec de la chance. C’est une source de déception sans cesse renouvelée pour les millions de visiteurs étrangers mais le Mont Fuji n’est que rarement visible et généralement pas dans les conditions que l’on souhaite.

Quand voir le Mont Fuji ?

Le volcan est souvent caché par les brumes provoquées par les températures plus clémentes. C’est pour cette raison que c’est durant les mois froids que le Fuji sera plus visible. La meilleure saison pour cela s’étendra du début novembre à la fin mars. C’est aussi durant cette période que vous pourrez l’admirer avec sa couverture neigeuse typique car, ne l’oublions pas, le Fuji n’est pas couvert par des neiges éternelles. Celles-ci fondent entièrement au printemps et le volcan prend son aspect normal de cône gris et vert.

Il serait donc impossible de voir le Fui après mars ? Non, il reste possible de le voir mais au fur et à mesure que le printemps laisse la place à l’été cette possibilité s’amenuise. Durant les chaleurs de l’été il est très improbable de l’apercevoir, n’y comptez donc pas. Il reste toutefois toujours la possibilité d’un petit miracle temporaire. Vous pouvez avoir la chance d’arriver le lendemain d’une journée de pluie ou un jour de grand vent et avoir ainsi le privilège d’admirer le volcan.

 

Quels sont les meilleurs points pour admirer le Mont Fuji ?

  • Tôkyô

Il n’est pas rare de trouver des photographies du Mont Fuji surplombant la capitale japonaise ou le port voisin de Yokohama, c’est un fait que la ville est à portée de vue du volcan. Il est même possible que Edo, l’ancienne Tôkyô, ait été bâtie, afin de disposer de cette vue jugée bienfaisante.

Dans la réalité de la mégapole contemporaine il est devenu rare de voir le Mont Fuji du fait des brumes de chaleur émanant de la ville et de la pollution de plusieurs dizaines de millions d’habitants réunis au même endroit. Il est cependant possible de l’apercevoir lors des matins clairs et dégagés ou au coucher du soleil.

Les meilleurs points d’observations seront alors le sommet des buildings comme l’observatoire de la mairie de Tôkyô (gratuit), celui de la Tour Môri de Roppongi (payant) ou Sky Tree, la plus haute tour de la ville.

  • Hakone

Hakone est souvent présentée, à tort, comme étant sur les pentes du Mont Fuji, nous en sommes en vérité à une bonne quarantaine de kilomètres. C’est cependant de là que l’on peut profiter d’une des vues les plus connues du volcan. Une vue rendue célèbre en son temps par l’artiste d’estampe Hiroshige : le Mont Fuji sur le lac Ashi.

La partie centrale d’Hakone est connue pour cette vue qui est l’une des raisons de l’importance touristique de cette zone thermale. On pourra aussi avoir une belle vue depuis le téléphérique d’Hakone menant aux sources chaudes d’Owakudani. Cette vue est cependant elle aussi soumise aux aléas climatiques et aux températures, rendant la visite nettement moins intéressante.

  • Péninsule d’Izu

Non loin d’Hakone, à partir des gares Shinkansen de Mishima et Numazu, on peut rejoindre la côte occidentale de la péninsue d’Izu (30 minutes de train à grande vitesse depuis Tôkyô), sur la baie de Suruga.

Depuis cette côte volcanique accidentée vous disposerez d’une vue exceptionnelle du Mont Fuji dominant de sa masse les flots. Par temps clair la vue est à couper le souffle mais nécessite de prendre le bus ou de disposer d’un véhicule privé pour en profiter pleinement.

  • Shizuoka

Un autre point de vue connu du Mont Fuji se situe à Shizuoka et ses environs. La région de Shizuoka dispose d’un grand nombre de points d’observation connus qui furent immortalisés là encore par Hiroshige. C’est de là que l’on trouve les superbes vues du volcan accompagnant les vastes champs de thé vert de Makinohara.

  • Les « Fuji Go Ko »   

Au Nord du fuji se trouve le deuxième point d’observation le plus connu après Hakone, la région des « Fuji Go Ko », les Cinq Lacs du Fuji, centré autour du plus important, le lac Kawaguchi. La petit ville de Kawaguchi (et son parc d’attraction Fuji Q Highland) disposent évidemment d’une des vues plus glorieuses du volcan. On prendra plaisir à louer des vélos pour admirer le reflet du volcan sur les eaux du lac. Les plus entreprenants pourront s’essayer à la randonnée de Mitsutoge, une randonnée de 6 heures qui mènera à certains points de vue particulièrement exceptionnels.

Le lac Kawaguchi est directement lié à Tôkyô par des bus autoroutiers et indirectement par le train en faisant un objectif raisonnable pour une excursion à la journée ou sur deux jours.

  • Shinkansen 

De manière étonnante c’est depuis le train à grande vitesse japonais, le Shinkansen, que vous aurez peut-être la meilleure vue du Fuji. Au départ de Tôkyô en direction de Kyôto vous aurez la possibilité de le voir sur votre droite (à gauche dans le sens Kyôto-Tôkyô) durant un temps appréciablement long. Certaines des plus belles photos du volcan ont été prises à grande vitesse depuis le hublot d’un Shinkansen.

Nous aurons l’occasion de reparler du Mont Fuji lorsque nous aborderons les difficulté et les bons plans de son ascension.