MJT Logo

A la rencontre des geishas

Elles représentent le Japon traditionnel, elles sont réputées inapprochables et pour cause : leurs apparitions dans les rues de Gion à Kyôto provoque immédiatement un attroupement de touristes. Rencontrer des geishas est possible, il faut seulement savoir où et dans quelles conditions.

 

Geishas, geikos, maikos

Les geishas de notre imaginaire sont en fait appelées au Japon geiko et maiko. Les geikos sont artistes traditionnelles confirmées tandis que les maiko sont des apprenties geikos. Les premières se distinguent par des kimonos plus sobres et sont âgées entre 30 et 40 ans, les maikos sont vêtues de manière plus colorées pour refléter leur âge plus jeune.

On les rencontre principalement à Kyôto, dans le quartier de Gion où se concentrent la plupart des hanabeya, les maisons de geishas. Kanazawa dispose aussi de son quartier de restaurants et de sa propre tradition de geishas. On peut en trouver quelques-unes aussi à Tôkyô dans le quartier d’Asakusa mais en général il y a peu de geikos, plus de 300 pour tous le Japon. Les geikos et les maikos rencontrées lors de soirées ou évènement sont toujours authentiques, formées dans des hanabeya. Les contrefaçons sont rares mais on en rencontre dans les rues, ce sont des touristes ayant cédées à la tentation de s’habiller en maiko, elles n’égalent cependant pas en grâce et en naturel les véritables maikos.

 

 

 

 

 

Une soirée avec les geikos

Fréquenter une geiko est donc un évènement rare, une occasion souvent unique lors de repas organisés (repas d’affaires souvent) et animés par une ou plusieurs geikos. Lors de ces soirées, ces artistes divertissent leurs clients avec des chants, des danses et des instruments traditionnels. Elles passent aussi près de leurs clients pour une discussion polie et leur verser l’inévitable saké.  

Ces soirées privées ou en groupe sont organisées par des restaurants dans les quartiers de loisirs (Gion à Kyôto, Higashichaya à Kanazawa, Asakusa à Tôkyô) qui réservent une geiko auprès d’une hanabeya (maison de geisha). La geiko arrivera alors sur le lieu de rendez-vous entre 17h00 et 18h00, c’est généralement à ce moment que l’on peut, en ayant de la chance, en voir marcher dans la rue au grand plaisir des touristes. Les soirées durent entre 2h30 et 3 heures et se terminent à 21 heures (les Japonais dînent tôt).

Une chose à retenir : les restaurants ne peuvent garantir la présence d’une geisha dans les périodes les plus tendues (la floraison des cerisiers en avril) et celles-ci travaillent avec l’établissement et non pour celui-ci. Le restaurant demande les disponibilités et paye la présence de la geiko. Cela explique qu’une soirée avec une geiko coûte entre 700 et 800 euros selon la taille du groupe et le nombre de geiko ou maiko que vous souhaitez (le plus souvent elles seront deux).

Ces soirées coûtent cher et sont très demandées mais certains restaurants organisent des soirées de groupe où les geikos animeront une salle d’une trentaine de convives. Dans ces conditions la discussion avec la geiko sera obligatoirement plus réduite mais cela n’enlèvera rien au caractère exceptionnel de l’évènement.  My Japan Travels est en mesure de réserver des soirées semblables auprès d’un établissement de confiance.  

 

Une soirée avec une ou des geikos représente un budget important mais il existe d’autres solutions.

Geisha evening et autres moyens de recontrer les geikos

A Kyôto les geikos et maikos représentent une part entière de l’identité de la ville et de son image de conservatoire des arts japonais, c’est pour cette raison que plusieurs solutions sont offertes pour rendre la rencontre avec les geikos possibles pour tous.

On trouvera des « geishas events » organisés non pour une soirée avec un dîner mais pour une démonstration plus simple de danses et chants de maikos et de geikos. Ces évènements sont organisés durant l’après-midi (avant les soirées) et permettent en 1h30 de voir deux geikos ou maikos faire démonstration de leurs talents et venir vous servir du thé. On peut citer ainsi le Maiko Theater de Gion qui propose de rencontrer deux apprenties geikos.

Kyôto offre aussi des représentations régulières de danses de maikos au Gion Corner tous les jours, accessible sans réservations. Le Gion Corner présentent différents arts traditionnels dont les danses de maikos, leur présence sur scène n’excède pas 15 minutes mais l’élégance de leurs gestes reste unique et à voir.

C’est surtout au mois d’avril que les meilleures occasions d’admirer les geikos se présentent. Uniquement durant le mois d’avril plusieurs spectacles de danses de geikos sont organisés à l’occasion de la floraison des cerisiers. C’est surtout le Miyako Odori, une institution depuis plus d’un siècle et demi, qui attirera toutes les attentions. Le spectacle d’une heure met en scène pas moins d’une centaine de maikos et geikos dans leur répertoire traditionnel. Il en coûtera 4000 yens par personne pour les admirer mais trois séances sont organisées chaque jours pendant un mois. Les réservations en ligne et en anglais sont disponibles.  

Tôkyô n’offre pas d’occasion de venir voir à peu de frais des geikos mais Kanazawa organise depuis quelques années, afin de promouvoir les artistes locales, un geisha evening de très bonne qualité dans la maison de thé Kaikaro. Ce geisha evening est un évènement d’une heure et demie organisé tous les deux jours durant le mois d’avril et le mois d’octobre. Les places peuvent coûter jusqu’à 6500 yens et sont réservables en ligne (un certain nombre de tickets sont à acheter le jour même).

Les hanabeya eux-mêmes ne se visitent pas. Les geikos et les maikos sont à l’image de ce que l’on attend du Japon, exceptionnel, élégant et impossible à réduire aux exigences d’un tourisme de masse.  Seuls quelques visiteurs sauront ou oserons aller à leur rencontre lors d’évènements qui resteront par nature uniques.