MJT Logo

Faire découvrir la préfecture de Shizuoka

On peut résumer l'intérêt de la préfecture de Shizuoka en trois mots : authenticité, nature, patrimoine. On retrouve ces trois idées parfaitement illustrées dans cette préfecture peu tournée jusque là vers le tourisme mais désireuse de combler son retard.

La préfecture de Shizuoka couvre un vaste territoire qui va de la péninsule volcanique d'Izu jusqu'à la ville d'Hamamatsu et qui s'étend le long de la voie de Shinkansen du Tôkaidô. Shizuoka même ne se trouve qu'à 1 heure de trajet de la capitale et moins de deux heures de Kyôto et peut constituer une étape entre les deux, on est aussi près de la région des 5 lacs du Fuji, de Nagoya et de la zone volcanique d'Hakone, en fait Shizuoka peut se proclamer la région du Mont Fuji, le volcan domine la quasi totalité de la préfecture et est omniprésent. Quelques sites emblématiques permettent de se rendre compte de ce que la région peut offrir:

- Le mausolée du premier shôgun, Kunozan Toshogu. C'est le double discret des grands sanctuaires de Nikkô et le vrai lieu de repos de Tokugawa Ieyasu (XVIe siècle). Son mausolée d'or et de vermillon reste caché au sommet d'une montagne joignable par un téléphérique. La montagne de Nihondaira est couverte sur ses pentes de champs de thé et de vergers dominant la baie de Suruga avec le Mont Fuji en toile de fond. Outre le sanctuaire et la tombe on y trouve un musée contenant une des plus belles collections de sabres et d'armures japonaises, mieux fournie encore que la collection du musée national de Tôkyô. Il s'agit pour l'essentiel d'offrandres faites par les différents shôguns des Tokugawa.

 

- Les champs de thé de Makinohara. Ces champs se situent entre Shizuoka et Kakegawa et produisent 40% de la production nationale de thé vert dans de grands champs en côteaux qui offrent des paysages similaires à celui des vignobles avec une couleur verte plus profonde. De nombreuses exploitations proposent des visites et des dégustations sur le lieu de production mais on trouvera aussi des salles de thé pour la cérémonie traditionnelle et un musée explicatif très pédagogique. C'est une visite recommandée pour les marcheurs.

 

- Les temples. A la différence des temples de Kyôto et Kamakura les temples de la région de Shizuoka ne sont pas assiégés par les touristes, ils offrent pourtant de nombreuses opportunités de visites guidées par les moines, de séances de zazen en groupe ainsi que de calligraphie de sutras (shakyô) qui peuvent être organisés pour des groupes. Certains disposent de chemin de pélerinages les reliant. Ce sont aussi des temples anciens qui racontent une histoire longue et fascinante liée aux grandes figures de l'histoire japonaises. On pourra ainsi visiter le Rinzaiji où le premier shôgun fut éduqué et voir sa salle d'étude originelle.

 

 

 

- Les châteaux. Ancienne région morcellée entre les clans de samouraïs en guerre entre eux Shizuoka offre toute une série de châteaux, authentiques ou restaurés. Ce sont des petits châteaux éloignés de la splendeur d'Himeji mais très intéressants et directement liés à d'anciennes batailles prestigieuses. On comptera ainsi les ruines du château de Sumpu dans le centre de Shizuoka. Le château d'Hamamatsu ou le très élégant château de Kakegawa ou le château d'Okazaki, lieu de naissance de Tokugawa Ieyasu.

 

On pourrait aussi citer la très grande concentration d'onsen anciens et renommés dans l'arrière-pays, la présence de distilleries de saké, d'usines de miso ou de vergers de mandarines mikan tous visitables et permettant de proposer des expériences agréables. a région de Shizuoka est enfin la patrie d'une gastronomie ancienne basée sur la très grande variété de ses produits frais.

 

Shizuoka a beaucoup à proposer à moins d'une heure de train de Tôkyô et cherche actuellement à attirer le tourisme en proposant constamment de nouvelles expériences, tours et en multipliant les initiatives propres à attirer les agences de voyage.

A découvrir, à essayer.